Accueil > Actualité, Economie et Finance > L’endettement : véritable tour de passe-passe à l’échelle mondiale

L’endettement : véritable tour de passe-passe à l’échelle mondiale


« Plan de relance : déjà 25 milliards injectés dans l’économie ». Si vous l’esprit aussi mal placé que moi, vous passer immédiatement à la lecture entre les lignes devant ce titre de La Tribune. 25 milliards ? Mais où sont-ils donc allés les chercher tous ces milliards qui coulent à flots? Réponse : dans l’endettement. Bon d’accord, ce n’était pas difficile à deviner. Tout cet argent, n’est qu’une montage de dettes créés de toutes pièces par les gouvernements (et ce à partir de rien).

Dans la quasi totalité des pays, la croissance repose sur la consommation des ménages. Consommation qui malheureusement se fait toujours à crédit. Il est bien là le problème. Tout le monde consomme à crédit, et tout le monde est endetté envers tout le monde. Peu de personnes parmi ceux qui le font ont réellement les moyens de s’acheter une voiture, une maison…Du simple citoyen qui s’endette pour acheter son canapé à l’Etat pour financer son déficit, tout le monde est endetté, et jusqu’au cou. Les crédits aux particuliers, une fois titrisés (i.e. transformés en titres de créances) assurés, garantis, prêtés et re-prêtés finissent par mettre en péril toutes les grandes banques. Ces prêts accordés à des ménages surendettés sont à la base de la pyramide du système financier. Quand ceux-ci vacillent c’est tout le système qui menace de s’effondrer, nous en avons eu un parfait exemple avec la crise des subprime.

Avec la crise, la dette des Etats a explosé, car ceux ci ont créé des milliards d’argent-dette pour sauver les Banques et l’économie de la catastrophe. Et ces dettes, il faudra bien les rembourser un jour ou l’autre. Qui va rembourser? C’est bien là le problème. Beaucoup s’inquiètent déjà des hausses d’impots futures ou du retour de l’inflation nécessaires pour rembourser toutes ces dettes.

D’un autre coté, le Wall Street Journal du 27 octobre dernier nous dit : « Une dette n’a de valeur que dans la mesure où elle va être remboursée ». Evidemment, ce n’est pas faux. Une reconnaissance de dettes que le débiteur n’a absolument pas l’intention d’honorer ne vaut strictement rien. On se demandais comment particuliers et Etats allaient rembourser leurs dettes. La réponse est simple : ils ne vont pas la rembourser.
Les Etats parce que, de toute manière, personne ne semble exiger qu’ils remboursent leurs dettes et que les investisseurs se ruent toujours sur les obligations d’Etat. Les particuliers parce que la plupart des gouvernements refuseront de voir des millions de leurs électeurs dépouillés de leur toit et jetés à la rue.
Grâce à l’argent ainsi économisé, les consommateurs verront leur pourvoir d’achat augmenter, et pourront acheter et acheter encore, bref,consommer! faisant ainsi repartir la croissance – sur des bases extrêmement saines, comme vous pouvez vous en doutez…magique non?

Un de mes amis m’a envoyé par email ce petit amusant, texte dégotté d’un site anglais appelé The Monkey Cage. Il illustre très bien la façon donc le problème de la dette est réglé. Lisez plutôt:

LA LEÇON D’ÉCONOMIE

Ça se passe dans un très petit village qui vit du tourisme, sauf qu’à cause de la crise économique il n’y a plus de touristes. Tout le monde emprunte à tout le monde pour survivre . Plusieurs mois passent, misérables. Arrive enfin un touriste qui prend une chambre. Il la paie avec un billet de $100.

Le touriste n’est pas aussitôt monté à sa chambre que l’hôtelier court porter le billet de 100$ chez le boucher, à qui il doit justement cent dollars. Le boucher va aussitôt porter le même billet au paysan qui l’approvisionne en viande. Le paysan, à son tour, se dépêche d’aller payer sa dette à la pute à laquelle il doit quelques passes. La pute boucle la boucle en se rendant à l’hôtel pour rembourser l’hôtelier qu’elle ne payait plus quand elle prenait une chambre à l’heure. Comme elle dépose le billet de 100$ sur le comptoir, le touriste qui venait de dire à l’hôtelier qu’il n’aimait pas sa chambre et n’en voulait plus, ramasse son billet et disparaît.

Rien n’a été dépensé, ni gagné. N’empêche que plus personne dans le village n’a de dettes.

N’est-ce pas ainsi qu’on est en train de résoudre la crise mondiale?

Je trouve que ce texte est tout simplement brillant. Il m’a semblé à la fin que j’avais raté un épisode… Tous ces tour de passe-passe, le même billet qui se promène de main en main et tous les problèmes de dette qui se règlent comme par magie… Bien sûr on ne tient pas en compte dans l’histoire des intérêts à payer sur la dette de chacun, ce qui simplifie grandement l’exercice. Si l’intérêt n’existait pas la vie serait sans doute beaucoup, beaucoup plus simple. Le système capitaliste n’existerait pas non plus d’ailleurs.

On part aussi du principe que chacun s’empresse de payer ses dettes dès qu’il le peut. Je dois dire que personnellement je serais sans doute aller faire l’épicerie avant de penser à payer mes dettes, mais bon. Je ne veux surtout pas dénaturer le fond de l’histoire; après tout, n’est-il pas que l’argent est simplement une chimère, un concept que l’homme a inventé de toutes pièces (sans jeu de mot ;-)) et qui nous encarcane? Une chose est sûre, si nous vivions dans un monde où le troc serait Roi, nous ne serions certainement pas dans une telle situation de crise.

Publicités
  1. 30 novembre 2009 à 18:09

    Super texte 🙂 je te découvre via le blog de Val (finir-riche.net) et je ne suis pas fâchée de ce petit détour par ici 🙂

    Bonne continuation!

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :